Calculatrice avancée pour résoudre les équations mathématiques les plus complexes smartphone!

Calculatrice avancée pour résoudre les équations mathématiques les plus complexes smartphone! 
-------------------------------------------------------------

Avec micro mathématiques, vous pouvez non seulement effectuer des calculs mathématiques sous une forme naturellement lisible, mais aussi créer et gérer votre propre collection de formules interactives! Il est exempt de frais et ne contient aucune addition.


Micro Mathematics est un nouveau type de calculateur mobile révolutionnaire. C'est la première calculatrice graphique et traceur de fonctions scientifiques du monde autour d'une feuille de calcul. Il permet l'édition en direct d'identités mathématiques combinée à des calculs très précis.

Non seulement les étudiants, mais aussi tous ceux qui aiment les mathématiques ou qui ont besoin de plus qu'un calculateur de base bénéficieront de cette technique étonnante de calculs mathématiques et de traçage.

Avantages et fonctionnalités:

- Vérification, validation, documentation et réutilisation des calculs mathématiques
- Fonctionne sur smartphone ou tablette en mode portrait et paysage
- Supporte toutes les opérations mathématiques couramment utilisées
- Les expressions mathématiques sont écrites sous une forme intuitive et naturellement lisible
- L'éditeur tactile mathématique puissant avec la fonction d'annulation rend l'édition plus facile
- Vous pouvez faire plusieurs calculs et ensuite corriger ou modifier toutes les formules utilisées
- Les expressions mathématiques sont collectées dans un document, qui inclut non seulement les formules et les graphiques, mais aussi le texte et les images supplémentaires (le format SVG est également pris en charge)
- Vous pouvez stocker votre document sur une carte SD et l'exporter vers le format LaTeX ou une image (une autorisation d'écriture SD est requise)
- La carte SD sur Android 6+ est également prise en charge
- L'application contient une page détaillée "Comment utiliser" et plusieurs exemples

Micro Mathématiques prend en charge le niveau de base des calculs mathématiques. Si vous trouvez des micro mathématiques utiles ou que vous avez besoin de plus de mathématiques (comme le support de nombres complexes, des fonctions avec de nombreux arguments, des tracés pour plusieurs fonctions, des tracés 3D, des opérations de sommation et de produit, intégrales dérivées et définies, opérateurs logiques, n-ième racine), s'il vous plaît Pensez à l'achat de micro Mathematics Plus pour soutenir le développement ultérieur. Je vous remercie.

Les 10 meilleurs projets de robot Arduinos

les 10 meilleurs projets arduinos 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------.


différence entre Courant monophasé et courant triphasé


Une histoire de phase et de neutre

Il existe deux types de courant électrique : le courant continu et le courant alternatif. C’est généralement ce dernier qui est distribué et acheminé jusqu’à votre domicile. Contrairement au courant continu, on ne parle pas, pour le courant alternatif, de pôles positif et négatif mais de phase et de neutre.

La phase est le fil conducteur qui amène le courant jusque chez vous. Le neutre est le fil qui en assure la répartition. Si l’on branche un voltmètre entre ces deux bornes, on observe une différence de tension d’environ 230 volts.

Les différences entre courant monophasé et courant triphasé

-       Le courant monophasé présente, comme son nom l’indique, une seule phase et un neutre. Ce sont donc deux fils conducteurs qui arrivent chez vous. Pour les reconnaître, rien de plus simple : fil noir ou rouge pour la phase, et fil bleu pour le neutre.
-       Le courant triphasé, quant à lui, présente quatre fils électriques trois phases et un neutre. Les trois câbles de phase sont parcourus par une tension sinusoïdale, ou alternative, ce qui signifie que l’amplitude oscille et varie. Les trois phases qui composent le courant triphasé sont dites « déphasées ».

Utilisations au quotidien

Le courant triphasé permet, lors du transport de l’électricité, de limiter les déperditions. C’est donc lui qui est généralement utilisé pour acheminer l’électricité jusque chez vous. Vous pouvez ensuite faire le choix d’être raccordé en monophasé (une phase et un neutre) ou en triphasé (trois phases et un neutre).
- Le courant monophasé repose sur une différence de tension entre phase et neutre de 230 volts. C’est donc un courant parfaitement adapté à tous les types d’appareils électriques ménagers. Le courant monophasé est également utilisé dans la plupart des foyers pour le chauffage et l’éclairage.
- Le courant triphasé permet une tension plus importante et convient aux appareils fonctionnant en 400 volts (essentiellement des appareils professionnels comme des pompes à chaleur, mais aussi certains fours ou des lave-linges particulièrement puissants).
La majorité des habitations françaises sont alimentées en courant monophasé. C’est votre cas si vos prises sont « standard », c’est-à-dire composées de deux trous et d’une tige terre. Le courant triphasé se présente sous la forme de prises électriques composées de trois ou quatre trous ronds et d’un trou plat.
Si vous êtes un particulier, vous pourrez, selon les normes électriques de votre habitation, vous raccorder en triphasé dans les cas suivants :
- vous avez besoin d’une puissance de raccordement élevée ;
- il y a une importante distance entre votre compteur et votre lieu d’habitation ;
- vous utilisez des machines qui nécessitent une prise électrique en triphasé (pompes à chaleurfours professionnels, etc.).

Quel couplage adopter (triangle ou étoile) lors du câblage du moteur asynchrone triphasé par rapport au réseau électrique d'alimentation ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Un moteur est construit à partir de 3 enroulements au stator, chaque enroulement doit être alimenté par une tension nominale unique qui lui est spécifique. Les standards sont 127V, 220V et 380V.
Il est possible d'alimenter en série deux enroulements. 
La tension à appliquer aux bornes des 2 enroulements peut être jusqu'à racine de 3 la tension aux bornes d'un seul enroulement soit 220V, 380V et 660V.
De ce fait, deux tensions d'alimentation sont possibles pour chaque moteur et classiquement, elles sont inscrites sur la plaque signalitique du moteur.
Le tableau  indique donc en fonction de la tension d'alimentation de la source le couplage à effectuer sur le moteur.
Les moteurs peuvent alors être alimentés :
  • soit en couplage étoile, alimentation de deux enroulements en série, 
  • soit en couplage triangle, alimentation de un enroulement seulement.

Tensions indiquées sur la plaque signalétique du moteur

127V-220V
           
               220V-400V
       
            400V-660V
Tensions du réseau alimentation
     
   127V
    
     220V
    
      220V
     
      380V
   
   380V
    
      660V
Couplage à effectuer
         ∆
        Y
          ∆
          Y
        ∆
         Y



Pour réaliser ces couplages, il existe au niveau de chaque moteur une plaque à bornes dans laquelle six bornes sont accessible ainsi que 3 barrettes à positionner suivant les schéma joint :


Couplage moteurs



Généralités sur les microcontrôleurs et PicBasic

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'évolution des systèmes électroniques amène de plus en plus souvent les concepteurs à remplacer l'électronique câblée à base de nombreux circuits intégrés par un circuit programmable qui rempli à lui seul toutes les fonctions. Les microcontrôleurs appartiennent à cette famille de circuits.
  Le microcontrôleur est implanté sur le système technique et relié aux différents capteurs et actionneurs avec éventuellement des circuits d'interfaçage appropriés. Une liaison avec un ordinateur permet de programmer le circuit et de le tester.

Cinq meilleures applications pour ingénieurs électriciens et électroniciens

Cinq meilleures applications pour ingénieurs électriciens et électroniciens 
 Dans cette liste,je vais vous présenter 10 applications android destinées aux électroniciens,automaticiens et électrotechniciens.L'ensemble des applications est disponible et télécharger  sur Google Play
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette application simule les circuits électriques et vous pouvez construire
Divers circuits électriques












C'est l'application d'un élément fondamental et important pour les ingénieurs électriques et l'application de l'électronique sur de nombreux ordinateurs tels que l'électricité

Calcul de la section (taille du fil
Calcul de la chute de tension
Calcul du courant
Calcul de la tension
Calcul de la puissance active
Résistance à la réduction de la tension
Résistance pour led



3- Electrical Calculator

Cover artCette application est un cadeau pour tous les diplômés en génie électrique et électronique et les étudiants. Maintenant, vous n'avez pas besoin de vous souvenir de toutes ces formules complexes. Cette application contient tous les calculs et conversions de génie électrique, y compris la tension, le courant, la puissance, l'efficacité,







4- ElectroDroid

L'une des meilleures applications électriques pour les téléphones. Il contient un grand nombre d'ordinateurs et des sources d'information électriques  :
Résistance, inductance, code de couleur de condensateur et leurs tableaux et conception standard, calculateur de puissance, code de couleur de résistance SMD, règle de diviseur de tension, calculateur de loi d'Ohm, calculateur de réactance / résonance, valeur de calcul des charges de condensateur, calculateur de tension, Star-Delta & Delta -Star) Y-Δ Transformation, calculatrice de résistance LED, calculatrice Life Battery




5- PICmicro Database

Cette application vous permet d'examiner et de comparer les propriétés des différentes fonctions dc PIC et PIC Microcontrôleurs et Microchip




Cours sur Les Inductances

Les auto-inductances

sont des enroulements sur un noyau ferromagnétique de fil conducteur isolé. Elles entrent, associées avec des condensateurs, dans la constitution de circuits dits " résonnants ". Pour limiter, lorsque la fréquence du courant augmente, les pertes énergétiques, on utilise, pour les noyaux, des matériaux magnétiques céramiques, les ferrites, plutôt que le fer et ses alliages.

1.2.Symboles
 1.3.Unités ; Formules
Les inductances sont des bobines de fils , elles peuvent avoir des formes différentes suivant leurs utilisation .Les plus ancienne avec un corps métallique sont utilisé pour des fréquences en dessous de 100 Khz , les plus répandus sont les inductances avec un noyau de ferrite , la fréquence d' utilisation de ces inductances va jusqu' à 10 Mhz et en fin les inductances seul pour des fréquences de 100 Mhz .
Pour des fréquences basse une inductance peut avoir des centaines de spires , à peut prés 1 Mhz par spire.
La plupart des inductances ont une résistance en courant continu ( Rcc ) parce qu' elle sont faite avec du fil de cuivre , de plus suivant le courant quelle doivent conduire la section du fil sera plus ou moins importante .
La valeur des inductances se mesure en HENRY ( H )
- millihenrys (mH). 1 H = 1000 mH. (téléphonie, filtrage, basses fréquences...)
- microhenry (µH). 1 H = 1000000 µH. (Hautes-fréquences, bandes décamétriques...)
- nanohenry (nH). 1µH = 1000 nH. (Très hautes fréquences, lignes...)

Les inductances s' opposent au flue de courant alternatif , cette opposition s' appelle Réactance inductive .La réactance augmente avec la fréquence.
Voici le principe en courant continue :

Dans la première figure l' interrupteur se déplace entre la borne + en rouge qui donne le signal rouge , et la borne bleu - qui génère le tracé bleu .Ont voit bien que l' inductance génère une contre tension au passage du courant .
Dans le 3em tracé , la courbe du courant dans le montage .
1.3.1. les applications LC
1.3.1.1 Le filtre passe bas
1.3.1.1 Le filtre passe haut
1.3.1.1 Le filtre passe bande
1.3.1.1 Le filtre coupe bande
1.4.Valeurs

Différence entre microcontroleur et microprocesseur

Un microprocesseur est un circuit intégré (IC) qui ne possède que l'unité centrale de traitement (CPU) à l'intérieur. Ils manquent de mémoire d'accès aléatoire (RAM), de mémoire morte (ROM) et d'autres périphériques sur la puce. Pour déployer un microprocesseur dans un système, les périphériques mentionnés ci-dessus doivent être connectés.

 La série Intel Pentium, i3, i5, Cortex A8 sont des microprocesseurs populaires qui trouvent leurs applications dans les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables, les blocs-notes, etc.

Contrairement aux microprocesseurs, les microcontrôleurs possèdent un CPU avec RAM, ROM et autres périphériques. Par conséquent, il est également appelé un mini ordinateur. Bien que la taille de la RAM et de la ROM et la puissance de traitement soit bien inférieure à celle d'un ordinateur réel, elle répond à toutes les caractéristiques d'un ordinateur complet. Les microcontrôleurs populaires sur le marché sont 8051, STM32, PIC32, Arduino, ATMEL etc.

Les microprocesseurs sont conçus pour des applications génériques et non spécifiques comme sur un PC. Il existe généralement un système d'exploitation (OS) installé qui coordonne les différentes E / S. Ils ont besoin d'une quantité élevée de ressources telles que la RAM, le ROM, les ports E / S, etc., ce qui entraîne une augmentation du coût total du système.

Les microcontrôleurs sont conçus pour effectuer des tâches spécifiques. Par exemple, la machine à laver, le réfrigérateur, les micro-ondes, les voitures, les vélos, les téléphones, etc. Comme l'application est limitée à un ou deux processus, elles nécessitent de petites ressources comme la RAM, la ROM, les ports d'E / S etc. Cela permet l'intégration de tous ces composants Sur une seule puce qui permet de réduire la taille et le coût.

Les microprocesseurs fonctionnent généralement à des vitesses très élevées, généralement supérieures à 1 GHz. D'autre part, la vitesse d'un microcontrôleur est relativement lente, allant de quelques MHz à 30 à 200 MHz. Les microcontrôleurs sont intégrés dans les petites choses et les systèmes, et ils sont donc conçus pour consommer une puissance minimale. Alors qu'un microprocesseur est généralement conçu pour une meilleure performance et consomme plus d'énergie qu'un microcontrôleur.

En raison de ces différences majeures, un microprocesseur ne peut pas être utilisé à la place d'un microcontrôleur et vice versa.

Généralités Circuit intégré

Présentation

Un circuit intégré (souvent abrégé CI, à ne pas confondre avec CI de circuit imprimé) est un composant dit actif. Il s'agit d'un composant possédant un certain nombre de broches (deux à plusieurs centaines), et qui intègre en son sein un certain nombre de composants tels que transistors, résistances, diodes, etc. Certains circuits intégrés, comme le NE555, ne possède que quelques dizaines de composants, alors que d'autres, comme les micro-processeurs, peuvent en intégrer plusieurs millions (voir paragraphe Intégration).

Circuits intégrés linéaires (analogiques)

Il s'agit de circuits travaillant avec des tensions pouvant prendre différentes valeurs entre deux valeurs limites min et max : régulateurs de tension genre LM7812, amplificateurs opérationnels genre LM741 ou NE5532, amplificateurs BF de type LM386 ou TDA2030...

Circuits intégrés logiques (numériques)

Il s'agit de circuits travaillant en tout ou rien, généralement avec des tensions d'entrée et de sortie égales à (ou très proche de) leur tension d'alimentation. Exemple : circuits de la famille SN74xx ou CD40xx, familles dans lesquelles on trouve des circuits assurant des fonctions très diverses : simples portes logiques (NAND, OR, etc), diviseurs de fréquences, (dé)multiplexeurs, mémoires vives et mémoires mortes, micro-processeurs... 
  • Séries CD4000, HEF4000, MC14000  - Circuits intégrés de technologie CMOS. Faible consommation électrique, fonctionnement entre 3 V et 15 V, assez sensibles à l'électricité statique. Enfin quand on dit faible consommation électrique, c'est surtout en régime statique, c'est à dire quand les sorties ne changent pas d'état, et pour une tension d'alimentation faible (5 V). Parce que quand on atteint une vitesse de fonctionnement de quelque 1 MHz à 2 MHz sous une tension d'alim de 15 V, la consommation n'est plus minime du tout et on peut largement faire la comparaison avec des circuits TTL pourtant réputés être plus gourmands en énergie... Bien que d'un fonctionnement garanti à partir de 3 V, une tension d'au moins 4,5 V est recommandée car en-dessous de cette valeur on observe une nette perte de vitesse (temps de propagation plus longs). On peut retenir qu'une tension d'alim de 5 V est recommandée pour une utilisation à faible vitesse, alors qu'une alimentation de 10 V à 12 V est recommandée pour les hautes vitesses. Une tension d'alimentation de 15 V pour un fonctionnement à haute vitesse est déconseillée du fait d'une consommation et d'un échauffement accrus.
  • Série CD74HCTxx  - Circuits intégrés de technologie CMOS, plus rapides que les CMOS classiques de la série CD4000.
  • Série 74xx  - Circuits intégrés de technologie TTL (Transistor and Transistor Logic) standard.
  • Série 74Lxx  - Circuits intégrés de technologie TTL basse consommation (L = Low power).
  • Série 74Sxx - Circuits intégrés de technologie TTL Schottky (S = Schottky).
  • Série 74Fxx  - Circuits intégrés de technologie TTL rapide (F = Fast).
  • Série 74LSxx  - Circuits intégrés de technologie TTL Schottky basse consommation (LS = Low power Schottky). Consommation électrique toujours plus élevée que celle des circuits de la série CMOS, mais aussi plus rapides que ces derniers. Fonctionnement sous 5V (en fait 5V +/-10%, soit 4,5V à 5,5V, valeur maximale absolue de 7V), ils sont peu sensibles à l'électricité statique. La série 74LS est un peu plus rapide que la série SN74xx et consomme un peu moins.
  • Série 74ASxx  - Circuits intégrés de technologie TTL Schottky avancé (AS = Advanced Schottky)
  • Série 74ALSxx  - Circuits intégrés de technologie TTL Schottky avancé, basse consommation (ALS = Advanced Low power Schottky)
  • Série 74Cxx  - Version CMOS de la série SN7400. Ainsi, un 74C192 est équivalent au CD40192.
  • Séries 74HCxx et 74HCTxx  - Ces circuits combinent la faible consommation des circuits CMOS et la rapidité des circuits TTL. Les circuits de la série 74HCT s'alimentent sous 5V comme les TTL classiques, et remplacent aventageusement les circuits de la série SN74xx. Les circuits de la série 74HC s'alimentent quant à eux sous une tension comprise entre 2V et 6V, ce qui leur permet une certaine compatibilité avec des circuits CMOS travaillant en basse tension (sous 3V par exemple).
  • Séries 74HC4000 et 74HCT4000  -
  • Séries 74ACTxx, 74HCUxx  -

Dénomination des circuits logiques CMOS
Tout comme pour les transistors et diodes, il existe une norme pour la dénomination des circuits intégrés de type CMOS de la famille "HEx4000". En voici le détail.
HEF4xxxBXY| || |||| || ||+-- Sélection éventuelle (par exemple B = déverminage)| || |+--- Code boîtier (P = plastique, D = Céramique)| || +---- B = Bufférisé, UB = non bufférisé| |+-------- 4xxxx = Numéro du composant, 4 ou 5 chiffres
| +--------- Plage temp. F => -40 à +85°C, C => -55 à +125°C
+----------- HE = famille

Remarques 
  • Le code boîtier peut aussi être représenté par la lettre T, qui signifie Microboîtier (boîtier miniature).
  • La notion de "bufférisé" (B = Buffered) ou "non bufférisé" (UB = UnBuffered) concerne le type de sortie des circuits logiques de cette famille. En règle générale il vaut mieux utiliser des circuits CMOS dont les sorties sont bufférisées, surtout si on veut les faire travailler à des vitesses élevées. Quelques rares applications imposent l'emploi de circuits dont les sorties ne sont pas bufférisées, il s'agit par exemple de montages dans lesquels les circuits intégrés logiques sont utilisés en régime linéaire (amplification en tension).
  • Si la lettre B (Buffered) ou les lettres UB (UnBeffered) sont remplacées par la lettre V, cela signifie qu'on a affaire à un circuit dont la tension d'alimentation est réduite.

Compatibilité TTL / CMOS
Peut-on combiner dans un même schéma / montage des circuits intégrés TTL avec des circuits intégrés CMOS ?
Pas impossible que vous trouviez quelques pistes ou réponses à la page Compatibilité TTL / CMOS.

Découplage d'alimentation de circuits intégrés logiques

Il est de rigueur de placer un condensateur de découplage d'alimentation (en parallèle sur l'alimentation, entre la borne + et la borne - du circuit intégré) de l'ordre de 10 nF pour un boîtier comportant quelques portes logiques basiques (pour un SN7400 par exemple), valeur devant passer à quelque 100 nF pour une vingtaine de portes. Pour des circuits complexes tels que compteurs ou registres à décalage, un condensateur de 100 nF est également requis. Dans tous les cas, le ou les condensateurs de découplage d'alimentation doivent être placés au plus près du circuit logique concerné. Les buffers et les drivers de ligne sont particulièrement exposés aux "grosses" consommations, il convient d'apporter un soin particulier au découplage de leur alimentation. Les réalisations complexes faisant appel à de nombreux circuits numériques, ont tout intérêt à disposer d'une régulation d'alimentation locale, car les circuits numériques produisent des pointes de courant qui se traduisent par l'ajout de bruit sur les lignes d'alimentation, qui peuvent se répercuter sur des sections sensibles et les perturber. Une régulation locale présente l'avantage d'isoler le bruit généré par les circuits logiques, l'empêchant de remonter vers l'alimentation principale.

Circuits intégrés spécifiques

Ces circuits ont été développés pour remplir une tâche particulière. Ils peuvent travailler dans le domaine de l'analogique et/ou du numérique. Exemple : les enregistreurs de son de type ISD1016, les convertisseurs Numérique/Analogique et Analogique/Numérique, les drivers de LED en bargraphe genre U257 ou LM3914 ...

Intégration

L'intégration définit le nombre de composants que le circuit intégré peut contenir. Elle est définie par des initiales (SSI pour Small Scale Integration, VLSI pour Very Large Scale Integration, ULSI pour Ultra Large Scale Integration, etc). Il faut reconnaître cependant que les circuits intégrés comportent de plus en plus de composants (transistors notamment), et que ces termes sont de moins en moins utilisés. Il n'est en effet plus "futuriste" de parler de plusieurs centaines de millions de transistors dans un seul boîtier (CPU et GPU en sont de bons exemples).

Précautions à prendre

Un circuit intégré est un composant fragile. Il craint parfois les décharges électrostatiques ( ESD) et la surchauffe. Il est conseillé de porter un bracelet conducteur relié à la terre, pendant la manipulation de ce genre de composant. Lorsqu'il est soudé, il ne doit pas être chauffé excessivement, sous peine de détérioration ou de destruction. Un conseil : utiliser un support de circuit intégré à chaque fois que cela est possible, pour éviter de souder directement le circuit intégré sur le circuit imprimé, cela réduit le stress thermique et facilite l'échange en cas de panne (dans certains contextes, on ne doit pas utiliser de support, mais pour un usage amateur, mieux vaut ne pas se poser la question et en mettre).

Boîtiers

Différents types de boîtiers sont proposés par les constructeurs, mais la grande majorité se présente sous la forme d'un rectangle noir en plastique, avec une ou deux rangées de pattes de connexion (appelées Broches en français ou Pin en anglais), voire plus pour les circuits à haute intégration. Certains CI ne sont disponibles que dans un type de boîtier donné, pour d'autres, vous devrez savoir les reconnaître pour commander la bonne référence. Souvent, des inscriptions sur le dessus du boîtier permettent de connaître l'origine du composant (nom ou logo du constructeur), ou d'en savoir un peu plus sur le composant (référence du composant lui-même, code de révision ou de variante, année de fabrication codée AASS). Parfois, un suffixe dans la référence indique le type de boîtier. Quelques exemples ci-dessous.

lm386-n4Boîtier DIL8 (deux rangées de 4 broches) - Exemple avec cet amplificateur BF LM386. Un certain nombre d'inscriptions sont visibles, mais en fait une seule nous intéresse vraiment ici : LM386N-4. LM386 indique clairement la référence du circuit. Mais quid de N-4 ?  Eh bien N-4 indique qu'il s'agit d'un modèle particulier du LM386, et qu'il peut en exister d'autres (d'autres types de boîtier, d'autres valeurs de puissance, etc). Par exemple, le LM386N4 peut délivrer une puissance de sortie de 1 W, alors que le LM386N3 peut délivrer 0,3 W. Autre exemple : le LM380N8 en boîtier DIL8 et le LM380N14 en boîtier DIL14 (deux amplis BF pouvant délivrer chacun 2,5 W)...

DIL14Boîtier DIL14 - Même type de boîtier que le boîtier DIL ci-avant. Même espace de 2,54 mm entre chaque broche, et même écartement entre les deux rangées de broches. Dans le même "format", il existe des boîtiers DIL6, DIL16, DIL18, DIL20, DIL24, etc. Le nombre qui suit le préfixe DIL représente directement le nombre de broches.

AD825 CMSBoîtier CMS (CMS = Composant Monté en Surface) SOIC8 (deux rangées de 4 broches) - Exemple avec cet AOP hautes performances pour l'audio AD825. Ce composant se soude côté cuivre (côté soudure), ses pattes sont petites et ne traversent pas le circuit imprimé, contrairement au LM386 en boîtier DIL8 présenté ci-avant.

TDA7293Boîtier Multiwatt15 (8 + 7 broches) - Exemple avec cet ampli BF MosFet 100W TDA7293. Ce type de boîtier est destiné à être placé sur un radiateur, le trou visible sur la semelle permet sa fixation. Il s'agit en effet d'un amplificateur BF de puissance, qui chauffe beaucoup quand on l'utilise à pleine capacité. Ne pas adjoindre de radiateur à ce circuit provoquerait des dysfonctionnements répétés et un vieillissement prématuré (pas une destruction directe car cet ampli est doté de protections efficaces).


68HC705Boîtier PLCC44 (quatre rangées de 11 broches) - Exemple, ce microcontrôleur MC68HC705C8ACFN. Ce type de circuit se place sur un support spécifique PLCC (voir Supports composants) et nécessite une pince spéciale pour l'en extraire.


SIL9Boîtier SIL9 (une seule rangée de 9 broches) - Exemple : le BA6418N, un circuit dédié à la commande de moteur bi-directionnel. Le nombre qui suit le préfixe SIL représente directement le nombre de broches.


Lien entre schéma et boîtier

Le lien entre schéma électronique et boîtier est très simple : il s'effectue grâce aux numéros des broches du circuit. L'exemple ci-dessous montre la représentation schématique de deux amplificateurs opérationnels (AOP). Chaque connexion du circuit schématique utilisé (mais aussi parfois celles qui ne sont pas utilisées et le plus souvent notées NC) est représentée par un numéro unique, qui correspond à chaque fois à une patte du composant physique. Deux pattes d'un même circuit ne peuvent donc pas porter le même numéro. Dans les deux dessins suivants, la relation est évidente, car le dessin du boîtier comporte le numéro des pattes et l'emplacement des AOP. Cela n'est malheureusement pas toujours le cas, et il faut alors savoir comment reconnaître les numéros des pattes. Eh bien c'est très simple : sur tous les circuits intégrés, il y a un détrompeur, prenant la forme d'une encoche ou d'un point dessiné. Ce détrompeur permet simplement de localiser la patte N°1, sachant qu'ensuite il suffit de "tourner" autour du circuit en incrémentant d'un point chaque patte. Pour ce faire, placez donc votre circuit intégré sur une table, pattes posées sur la table (chien debout) et non tournées vers vous (chien qui attend qu'on lui caresse le ventre). Localisez le détrompeur, et placez-le en haut. La première patte en haut à gauche est la patte N°1. La patte tout de suite en-dessous (toujours à gauche) est la patte N°2. Une fois arrivé tout en bas à gauche, vous continuez en bas à droite et vous remontez jusqu'en haut à droite (rotation dans le sens anti-horaire). Avec le dessin du circuit à 8 pattes représenté ci-dessous, vous devriez comprendre rapidement...

AOP double - Schema AOP double - Boitier

On trouve parfois des schémas électroniques sur lesquels le numéro des pattes des circuits intégrés n'est pas représenté. Dans ce cas, vous devrez effectuer une recherche de documentation sur les circuits afin d'en connaître les brochages. Avec un peu d'expérience, vous pourrez reconnaître des circuits non nommés, simplement en regardant comment ils sont raccordés. Et avec un peu plus d'expérience, vous retiendrez par coeur les numéros de pattes des circuits les plus fréquemment utilisés.
Détrompeur et boîtiers ronds...
Attention, pour les circuits intégrés ronds (format physique TO99), le détrompeur est situé en face de la dernière patte du composant (patte N°8 pour un CA3080 ou LM709, ou patte N°10 pour un SFC2723 par exemple). La lecture des numéros de pattes s'effectue alors en regardant le boîtier par le dessus et en plaçant le détrompeur en haut, comme pour les circuits rectangulaires finalement. Exemple ci-dessous avec l'AOP de type LM709 doté de 8 broches.

aop_simple_to99_001a

La première patte à gauche du détrompeur est la patte N°1, puis en comptant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, on tourne jusqu'à la dernière patte située vers le détrompeur.

Télécharger : EDUGRAF EDITION ETUDIANT V1.26n

 EDUGRAF EDITION ETUDIANT est un outil didactique Gratuit qui permet de mettre en évidence la commande des systèmes automatiques avec l'outil GRAFCET 
EDUGRAF est un éditeur compilateur, simulateur de GRAFCET, le compilateur nouvelle génération EDUGRAF bénéficie d'une prise en main très intuitive et d'une ergonomie sans faille. Ces très nombreux outils intégrés (mode simulateur, analyseur d'erreur...) associé à sa capacité à pouvoir gérer plusieurs systèmes, en font un outil de développement incontournable et puissant ; riche de fonctionnalités. Il contient un large ensemble de bibliothèques de systèmes techniques et la documentation complète.
EDUGRAF Vous permet de développer rapidement des applications complexes sur des systèmes techniques.

Systèmes techniques:
1) Monte Charges
2) Système de tri
3) Robot
4) Système de marquage
5) Perceuse
6) Feux de carrefour



Exercices corrigés d’Electrotechnique sur la machine à courant continu

La machine à courant continu (mcc) est un convertisseur d'énergie et peut être utilisée en moteur ou en génératrice. EN fonctionnement moteur la mcc est alimentée par un générateur de tension continue et fournit de l' énergie mécanique à une charge,alors qu'utilisée en génératrice la mcc est entraînée par une source d'énergie mécanique (moteur thermique par exemple) et fournit un courant continu à une charge.